Koken : un CMS dédié à la photographie

L’offre de CMS (Content Management System, soit Système de Gestion de Contenu en français) est désormais large et on en trouve pour tous les goûts : de CMS assez simples à appréhender – du type de WordPress pour gérer un blog ou un petit site institutionnel – à des outils extrêmement puissants permettant de gérer de nombreuses problématiques – citons simplement Typo3 et Drupal. Il s’est également développé des offres pour des usages ciblés : le plus connu est certainement Prestashop permettant de gérer une boutique e-commerce avec toutes les fonctions les plus répandues.

Pour les photographes, ou les personnes pour qui le contenu « image » est primordial, il existe plusieurs alternatives :

– publier via les mastodontes  qui se sont imposés sur la publication d’image (Flickr, Picasa,…) au risque de perdre la maîtrise de tout ou partie de la chaine,

– utiliser un CMS « classique » et l’adapter graphiquement pour mettre en avant son contenu photographique. Certains ont fait des merveilles avec WordPress. Le site est formidable… mais le back office un peu plus laborieux dans ce contexte car plus adapté à du contenu texte ou mixte que pour gérer les spécificités d’un flux de production photographique.

– fabriquer un outil de publication sur mesure ou adapter un CMS en le modifiant suffisamment pour gérer les problématiques spécifiques à la photo…  mais cette solution, onéreuse, est de fait réservée aux – grands ou riches – professionnels.

Aussi le milieu des photographes s’agite depuis quelques semaines avec l’arrivée sur le marché d’un CMS dédié à la photographie : Koken.

Nous avons pris en main ce CMS, et avons réalisé un petit site de démonstration visible ici.

Synthèse des opérations :

La documentation réalisée par Koken, est succincte, mais a l’avantage d’être assez claire pour qui se débrouille en langue anglaise.

L’installation technique en elle-même ne relève pas de piège particulier : après la configuration domaine-serveur, le dépôt de fichiers et la création de la base de données, l’assistance à l’installation gérée par le CMS est sécurisante pour l’utilisateur et permet une installation sans heurts.

La prise en main du back-office se fait également rapidement, ou plutôt : si vous avez déjà manipulé une fois dans votre vie un back-office de blog et que vous connaissez même sans être expert le fonctionnement de Lightroom sur la partie catalogue, vous êtes très rapidement à l’aise avec le back-office.

Le chargement des photos se fait par simple drag and drop – ou en connectant Lightroom : cela nécessite alors une petite installation complémentaire, pour le coup bien décrite sur le site de Koken.

Les photos uploadées héritent de leurs tags, données IPTC et EXIF, qui sont modifiables via l’interface. On peut classer les photos en mode public, visible avec accès réservé ou privé. Chaque affectation d’une photo est identifiable visuellement dans le catalogue via des petites vignettes en surimpression… les utilisateurs de Lightroom ne seront pas dépaysés.

La gestion des albums se fait assez simplement. On peut classer des albums comme non public permettant de ne pas les faire apparaitre dans l’arborescence du site mais accessibles quand même en communiquant l’url précise à la personne à qui vous voulez  montrer tel album. En revanche pas de possibilité de créer des groupes d’utilisateurs ou une partie « loggé » pour vos visiteurs identifiés.

La mise en forme du site se fait assez facilement : thème a choisir parmi une sélection (pour le moment un peu courte), titres personnalisables, ordres d’affichage des albums et des photos personnalisables, pages de texte, etc.

Tout n’est pas idyllique cependant : cela reste un CMS avec sa logique propre, et certaines opérations ne vont pas être possible en paramétrage. Il existe un catalogue de plugins qui va certainement s’étoffer et qui propose des fonctionnalités complémentaires. Au delà, il faut, comme pour les autres CMS, entrer dans une logique de personnalisation du code source de l’outil.

On touche alors là au principal défaut de cet outil : si il est « gratuit » en téléchargement, la licence d’usage n’autorise à peu près rien. On est très loin d’une logique Open Source qui anime bon nombre de CMS. La logique économique du projet Koken sous-tend que les créateurs veulent garder la maîtrise totale de ce que devient l’outil.  Koken dit vouloir évoluer sur un schéma proche de celui de Prestashop (modèle économique autour de la commercialisation des plugins notamment) mais a ce stade c’est une grande inconnue.

En conclusion

Il est normal qu’il y ait de l’agitation autour de la sortie de ce CMS car il prend réellement en compte les besoins spécifiques des photographes.

Le fonctionnement du CMS est séduisant car il permet en relativement peu de temps de mettre en place un site photo quasi-professionnel et un flux de publication photos cohérent avec les usages des photographes

Il faut faire un certain pari sur le développement de cet outil car, pour le moment, les possibilités de personnalisation sont assez limitées… ce qui va conduire tous les sites motorisés par Koken à se ressembler dans leur structure.

Il faut avoir bien conscience des limites de l’outil :

– un CMS permet de faire beaucoup de choses … mais n’exclut pas des nécessités de personnalisations importantes dans une logique professionnelle…

– …que le système de licence actuellement en place ne permet pas dans de bonnes conditions,

– la licence ferme les utilisations possibles de l’outil… au risque de vous rendre dépendant des évolutions commerciales (ou de l’arrêt !) de l’équipe Koken.

Notre recommandation :

– Vous êtes un particulier éclairé, ou un professionnel qui souhaite une vitrine simple, peu coûteuse et facile à intégrer dans votre flux photographique : alors Koken pourra vous permettre d’être maître de votre site.

– Vous avez besoin d’un site événementiel (un reportage, le site du Mariage de la cousine, etc.) alors Koken peut vous permettre d’être rapidement opérationnel.

– Vous envisagez réellement un usage professionnel (l’accoupler à de la vente en ligne, créer des espaces clients pour un accès sécurisé aux photos, etc.) alors Koken n’est peut être pas la panacée car la balance avantages/inconvénients va beaucoup souffrir des règles imposées par la Licence.

– Dans tous les cas, il faut que vous ayez conscience de ne pas être sur un projet Open Source porté par une communauté de passionnés, mais sur un projet commercial qui évoluera…  et cette évolution pourra remettre en cause brutalement ce que vous avez cherché à construire avec cet outil : pensez pour vous éclairer aux règles Instagram qui, en évoluant, ont fait fuir bon nombre de professionnels de cette plateforme.

Ce contenu a été publié dans Actualité, Communication, Web, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Koken : un CMS dédié à la photographie

  1. Jean-Samuel dit :

    A signaler l’existence d’une extension Drupal apparue cet été : https://drupal.org/project/koken (nous ne l’avons pas testée)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *